top of page

COMMENT ACCOMPAGNER UN PROCHE EN FIN DE VIE ?


La pandémie de Covid a mis en évidence à quel point accompagner un proche en fin de vie était important. En effet, le virus a empêché et empêche encore aujourd'hui beaucoup de familles d'aller visiter leur proche en fin de vie à l'hôpital. Ceci est bien malheureux quand on sait que ce manquement complique le cheminement vers le deuil et amplifie la solitude des personnes malades qui vont bientôt nous quitter. Malgré cela, la situation s'améliore et les pompes funèbres "Le Papillon" ont pensé qu'il était nécessaire de vous donner quelques conseils afin de gérer au mieux la fin de vie d'un proche.


Pour la personne gravement malade ou en fin de vie, la présence des proches est indispensable. Elle permet de sentir que l’on compte. Grâce à cette présence de l'être qui nous est cher, on continue de se sentir vivant. L’accompagnement des personnes en fin de vie est d'ailleurs un droit inscrit dans nos lois sur la fin de vie (Kouchner 1999 et 2002, Léonetti 2005, Claeys-Leonetti 2016).


"Pour le proche, cet accompagnement est le moyen de poursuivre le lien, faire vivre une présence jusqu’à la fin, préparer et engager un deuil de manière plus paisible. Il permet d’inscrire en soi des moments fondamentaux pour la construction de sa propre personne et de la vie qui suivra le décès" décrivait le manifeste de l'association JALMALV (Jusqu'A La Mort Accompagner La Vie).


Comment l'accompagner au mieux ? Quelques conseils à suivre...

Tout d'abord, il est important de comprendre qu'il n'existe pas de mode d'emploi car chaque être est unique et donc chaque personne en fin de vie a ses propres besoins et envies. Si cette personne est un proche, alors vous devez bien la connaître. Il faudra donc trouver les mots et les gestes pour l'apaiser et adopter la posture la plus juste malgré son propre chagrin.


- Être présent sans être omniprésent. C'est banal mais c'est important. Ceci lui permettra de l'assurer de votre affection.


- Se montrer disponible pour des petits soins de confort. Cela peut être de mieux le couvrir, de lui remonter son oreiller, de lui éponger le front, de lui servir un verre d'eau...


- Lui apporter des nouvelles de l'extérieur. Il sera très agréable pour lui que vous le rassuriez sur l'état de santé de toute la famille. Vous pouvez également donner les dernières nouvelles sur telle ou telle personne ou lui parler de vous-même, de votre travail, des dernières rencontres que vous avez faites. Vous pouvez également parler de l'actualité.


- Partager sur des sujets graves. Vous pouvez lui demander s'il veut partager ses idées avec vous ou bien lui demander comment vous pouvez l'aider. Et surtout, vous devez lui faire part de ce que vous ressentez.

- Lui demander des conseils. Montrez lui que ce qu'il veut pour vous a de l'importance, que ses conseils sont primordiaux pour votre vie.


- Plaisanter avec le malade. Vous pouvez lui raconter des blagues, vous remémorez des moments amusants avec lui, faire preuve d'autodérision, vous moquez gentiment de lui. L'objectif est de lui changer les idées et de lui remonter le moral.


- Lui permettre de réaliser des projets. Vous devez l'encourager à réaliser certains souhaits avant de partir. Par exemple, vous pouvez l'aider à rédiger une lettre, l'aider à sortir de sa chambre, recontacter une vieille connaissance, le pousser à regarder un film qu'il n'a pas pu voir...


- Lui faire comprendre que même quand vous n'êtes pas à ses côtés, vous pensez à lui. Vous pouvez lui envoyer un texto sur son téléphone portable ou lui raconter quand vous le voyez qu'une situation vous a fait penser à lui.


- S'assurer que le malade est bien pris en charge par l'hôpital. Vous devez être vigilent. Si la personne souffre, alors vous devez vérifier auprès de la structure que les soins palliatifs lui sont procurés.

- Vous montrer disponible au téléphone quand vous n'êtes pas à ses côtés. Quand il vous appelle, vous faites tout ce qui est en votre possible pour lui répondre.


- Soyez tactile. Vous pouvez lui prendre la main, le serrer dans vos bras, lui caresser les cheveux ou lui faire un câlin. Rien de mieux pour le rassurer sur votre amour pour lui.


- Restez vous même et soyez honnête. La sincérité est importante dans ces moments-là. Ne cachez rien de la maladie et de ce que vous disent les médecins.


- Acceptez ses choix en ce qui concerne sa fin de vie. Même si vous ne comprenez pas, il est important d'accepter ses choix. S'il souhaite faire un don d'organe après sa mort par exemple, vous devez respecter ses dernières volontés.


- Respectez ses silences. Ne le forcez pas à parler à tout prix. Les silences veulent parfois dire plus que les mots. Le malade peut avoir besoin de calme pour se reposer. Votre seule présence sera apaisante.


- Partagez le chevet avec d'autres proches. Le malade va avoir besoin de voir différents êtres chers à ses côtés et vous, vous aurez aussi besoin de soutien dans cette épreuve difficile. Cependant, il ne faut pas non plus que ce soit un défilé dans sa chambre. N'oubliez pas que la personne en fin de vie est très fatiguée physiquement mais aussi psychologiquement, qu'il y a du stress et donc un grand besoin de repos.


- Aménager autour d’elle des conditions de paix, de pardon, d’amour et de calme. Il ne faut pas hésiter à dire "je t'aime" ou "pardon". Il est important de lever tout sentiment de culpabilité à la personne qui va bientôt vous quitter. Il faut lui donner l'autorisation de partir en paix.

Comentários


bottom of page