top of page

THANATOPRAXIE : DÉFINITION, PARTICULARITÉS ET FORMATION


Dans le monde du funéraire, on entend souvent parler de "thanatopraxie". Mais qu'est-ce que c'est exactement ? D'où vient ce terme ? En quoi cela consiste ? Comment devenir thanatopracteur ? Les pompes funèbres Le Papillon répondent à vos questions.


La thanatopraxie, c'est quoi ?


La thanatopraxie est une méthode permettant de retarder le plus longtemps possible la décomposition naturelle de la personne défunte par des techniques d'embaumement. Il s'agit donc d'un soin de conservation qui peut être demandé par la famille au moment de l'organisation de la cérémonie.


Beaucoup confondent la toilette mortuaire et l'embaumement, pourtant ce sont deux actes complètement différents. La thanatopraxie est souvent appelée de différente manière : on entend "embaumement", "soins post-mortem", "formolisation", "soins thanatiques" ou encore "soin de conservation". Il s'agit en fait de la même chose.


La thanatopraxie est pratiquée par des thanatopracteurs. Cette opération consiste à ponctionner les liquides physiologiques et à injecter une solution biocide dans le corps de la personne décédée. Cela permet de conserver ou de redonner une belle apparence et de suspendre de quelques jours la décomposition.


Ces soins de conservation doivent faire l'objet d'une déclaration auprès du maire de la commune. Les soins de conservation sont pratiqués seulement si la famille le souhaite.



Comment se déroule la thanatopraxie ?


Le déroulement d'un embaumement se fait en deux étapes :


1 - L'injection (dure 23 minutes environ)


Le thanatopracteur va :

- nettoyer le visage du défunt ainsi que tous ses orifices. Pour cela, il utilise un produit désinfectant.

- masser le défunt au niveau de ses membres afin de les rendre moins rigides.

- Le thanatopracteur met de la pression dans le système artériel. Dès qu'il voit les veines légèrement gonfler au niveau de la main ou de la tête, c'est qu'il y a suffisamment de pression. Il reprend son trocart et vient le piquer dans le cœur côté gauche.

  • Il vide ainsi tout le sang du corps du défunt et lui injecte à la place du formol.

  • Lorsque le thanatopracteur récupère du formol dans son tuyau d'aspiration, cela signifie que le sang du corps est complètement remplacé par du formol.


2- L'habillage et le maquillage


Le thanatopracteur va :

- laver le corps du défunt et le sécher,

- habiller le corps avec les vêtements choisis par sa famille,

- le coiffer

- le raser si nécessaire

A noter que le maquillage n'est pas obligatoire, il est fait uniquement sur demande des proches. Si aucune consigne n'est donnée, le maquillage qui sera fait sera neutre, c'est-à-dire un peu de rouge à lèvres, un peu de rose sur les joues et de la crème réhydratante.



Plusieurs avantages à la thanatopraxie


Lorsque la thanatopraxie est réalisée, elle offre plusieurs avantages.


- La mise en bière peut être réalisée dans un délai plus bref.


- La préservation du corps du défunt à domicile si cela est le choix de la famille. Pour cela, certaines conditions doivent être réunies. Il faut que la pièce où repose le défunt fasse minimum 10m², que le défunt repose dans un lit électrique médicalisé, que la pièce ait une fenêtre et puisse être fermée, que le sol soit carrelé.


- La possibilité de suspendre le processus de décomposition du corps. Ainsi, les fluides porteurs de bactéries sont éliminés, ce qui permettra aux proches d'être préservés.


- La préservation de l'apparence naturelle du défunt, ce qui fait que c'est un peu moins difficile à vivre pour la famille.


Comment devenir thanatopracteur ?


L’Arrêté du 10 février 2022 modifie les conditions d'organisation de la formation et de l'examen d'accès au diplôme national de thanatopracteur.


Formation théorique aux soins de conservation

  • Ouverte aux candidats âgés au minimum de 18 ans titulaires du diplôme du baccalauréat ou d'un niveau équivalent.

  • Durée minimale : 190 h (cf. répartition dans l'annexe 1 de l’arrêté).

  • Les matières médicales sont dispensées par des enseignants universitaires de médecine ou des médecins légistes ou anatomopathologistes.

  • La matière “ thanatopraxie ” est dispensée par des thanatopracteurs diplômés et ayant au moins cinq ans d'expérience.

  • La formation doit avoir été suivie par les candidats au diplôme national de thanatopracteur sur une période d'au moins trois mois consécutifs.

Formation pratique aux soins de conservation

  • La formation est délivrée par des thanatopracteurs diplômés depuis au moins cinq ans.

  • La formation doit avoir été suivie par les candidats au diplôme national de thanatopracteur sur une période d'au moins six mois consécutifs au minimum et de douze mois consécutifs au maximum.

Comité national d'évaluation de la formation pratique


Missions :

  • établir une grille d'évaluation des stagiaires validée par le jury national chargé de l'examen des candidats au diplôme national de thanatopracteur

  • rechercher, sélectionner et former les évaluateurs. La liste des évaluateurs est transmise au jury national qui peut s'opposer à l'inscription d'un évaluateur sur la liste

  • organiser matériellement les évaluations dans les lieux de stage

  • de faire évaluer, dans les entreprises où s'effectue le stage pratique, l'acquisition des compétences pratiques de l'élève thanatopracteur

  • d'informer le président du jury national de la date de chacune des évaluations pratiques de façon à ce que le ou les membres du jury national qu'il désigne puisse observer le déroulement d'une ou plusieurs évaluations pratiques.

Règlement intérieur : le Comité détermine son règlement intérieur. Il comprend un membre titulaire et un membre suppléant de chacun des centres ou écoles de formation remplissant les conditions prévues au règlement intérieur dudit comité pour être membre actif.


Jury

  • Le Comité s'assure de la qualité des thanatopracteurs ayant délivré la formation pratique et du respect des conditions de cette formation.

  • Il s'assure également de l'impartialité des évaluateurs et du respect par ces derniers des principes déontologiques qui gouvernent la délivrance du diplôme national.

  • Le jury national peut décider qu'un évaluateur ne répondant pas à ces conditions soit démis de ses fonctions.

  • Le Comité transmet au jury national de thanatopracteur l'évaluation de chaque candidat mentionnant l'avis des évaluateurs.

  • Une synthèse de l'organisation des évaluations pratiques réalisées chaque année est également transmise par le Comité au jury national.

Inscription à l’examen

  • Le dossier de demande d'inscription à l'examen national de thanatopraxie comprend obligatoirement une attestation de fin de formation théorique datant de moins de cinq ans délivrée par le centre de formation ayant dispensé l'enseignement.

Evaluation

  • Deux épreuves théoriques obligatoires suivantes portant sur l'ensemble des matières (cf. ) et pouvant, le cas échéant, prendre la forme, en tout ou partie, de questions à choix multiples (QCM) :

    • une épreuve écrite de thanatopraxie d'une durée de trois heures, notée sur 150 points

    • une épreuve écrite de médecine d'une durée de trois heures, notée sur 50 points.


  • Une évaluation de la formation pratique en entreprise notée sur 400 points.

  • La formation pratique aux soins de conservation porte obligatoirement sur au moins 75 soins de conservation effectués sur une durée de 6 mois minimum permettant d'appréhender la diversité des situations auxquelles peuvent être confrontés les thanatopracteurs.

  • La formation pratique ne peut être évaluée que lorsque l'élève thanatopracteur a réalisé au moins 75 soins de conservation.

  • Un candidat ayant obtenu une note inférieure à 200 points à l'évaluation de la formation pratique est autorisé à repasser l'évaluation de la formation pratique une seconde fois.

  • Il ne peut cependant repasser l'évaluation de la formation pratique qu'après avoir réalisé à nouveau 20 soins de conservation.

  • Il conserve le bénéfice de la réussite aux épreuves théoriques durant vingt-quatre mois à compter de la publication des résultats aux épreuves théoriques.


Comentarios


bottom of page